Jus de pommes maison ?

La première cuvée du jus des Korrigans a été mis en bouteilles la semaine dernière. Après avoir goûté du jus de pommes maison chez Annie à Pléguien, puis chez Bettina à Saint Sauveur nous avons décidé de tenter l’aventure.

Mais comment faire ?

L’idée première était d’utiliser comme Annie les services d’une presse mobile, puis je me souvenais avoir lu l’année dernière qu’Elizabeth et Xavier (Ecologîte) avaient fait l’acquisition d’une presse et proposaient leurs services pour les personnes souhaitant presser leur propre jus.

mouton-1024x313Une recherche sur internet m’a montré que cet activité avait pris de l’ampleur et que les Coteaux du Linon étaient nés entretemps à Pleugueneuc. Vous pouvez d’ailleurs acheter leur jus bio, si vous ne voulez pas presser vos pommes à vous.

C’est parti !

Ramassage des pommes

gite-ecolo-bebe-bretagne-lavilleheleuc-jus-korrigans-img_3527Michel commence par ramasser les pommes dans l’ancien verger. Mais aussi celles des anciens pommiers sur le terrain – des pommes presque sauvages, assez petites, des pommes à cidre et des coings. Cageots et sacs se remplissent, on pèse à peu près, mais il en manque encore… il en faut au moins 250 kg.

gite-ecolo-bebe-bretagne-lavilleheleuc-jus-korrigans-img_3612Alors nous faisons appel au SEL, le système d’échange local du Pays de Dinan. Et contre quelques grains de sel nous trouvons vite les pommes qui nous manquent.

Rendez-vous est pris pour le 18 octobre à 11 heures pour la presse. Nous avons pris l’option de prendre les bouteilles sur place. L’année prochaine nous les réutiliseront.
Les pommes et des cageots vides sont chargés dans la camionnette, et nous voilà sur la route.

Pressage des pommes

A l’arrivée au pressoir nous commençons par décharger les pommes dans une grande caisse ajourée. Oups, nous en avons bien plus que prévu. Il faut une deuxième caisse, il doit y avoir bien 350 kg en tout.

L’installation monte et vide la caisse à la demande sur un tapis roulant. Nous trions les pommes pour retirer les parties pourries, les quelques feuilles et branches qui ont passé les tris précédents. Les pommes passent ensuite dans le bac de lavage avant d’être broyés et écrasés par les rouleaux de la presse. Il faut vider régulièrement le marc qui sort en bout de la chaine. L’année prochaine nous allons peut-être le récupérer pour le mettre sur notre terrain.

Le jus qui sort passe à travers un tamis directement dans les cuves de décantage. Mais nous n’allons pas le laisser décanter, je préfère le côté trouble du jus fraichement pressé. Une heure après notre arrivée nous pouvons passer à la mise en bouteilles de notre jus.

Mise en bouteilles

A partir du tonneau, le jus va passer dans un appareil où il sera pasteurisé à 78° avant d’arriver dans l’installation d’embouteillage. Des buses bouchées nous retardent un peu, puis c’est parti. Elizabeth remplit les bouteilles et je les bouche. Michel les rince et les pose dans des casiers, puis couche les casiers sur une palette.

A 13 heures il n’y a plus qu’à compter les bouteilles et charger les casiers dans la camionnette. Puis rentrer à la maison et ranger les bouteilles dans le cellier.

Notre avis stars-5-5

gite-ecolo-bebe-bretagne-lavilleheleuc-jus-korrigans-img_3661Et voilà comment est née la cuvée 2016 du jus des Korrigans. C’est bio, local et nous a permis d’utiliser des pommes qui seraient restées pour une grande partie à pourrir sous les arbres.

Notre jus est naturellement trouble et pas trop sucré, à cause des pommes à cidre et des coings. Un vrai régal !

Venez le déguster sur place.

 

 

Partagez, partagez ... Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on StumbleUponShare on TumblrEmail this to someone